Plus belle la facture

Chauffe qui peut !

La précarité énergétique : comment parler de ce problème de façon claire et compréhensible par tous ? Eh bien, grâce à un roman photo réalisé par un groupe de demandeurs d’emploi en formation au CID asbl de Verviers. Les créateurs ont suivi la formation sur les économies d’énergie « École de l’habitat » de Revert asbl et se sont ensuite mis à la tâche.

La part du budget familial alloué à l’énergie ne cesse d’augmenter d’année en année et cela représente souvent un pourcentage trop élevé dans les ménages à  revenus modestes. Une famille qui dépense plus de 10 % de son budget pour payer ses factures énergétiques est considérée comme en état de « précarité énergétique ».

Si l’héroïne de notre roman photo vit un grand stress avec l’arrivée de sa facture de régularisation, elle a le bon réflexe de se tourner très vite vers la cellule énergie du CPAS de sa commune.

La rencontre avec l’assistante sociale va permettre l’élaboration d’un plan de paiements échelonnés et évitera les coupures ou la pose d’un compteur à budget. En discutant avec le conseiller en énergie, l’héroïne de cette histoire va également avoir accès à un certain nombre de conseils sur l’Utilisation Rationnelle et Responsable de l’Energie. Cela lui permettra de limiter au maximum les gaspillages et l’incitera à réaliser quelques micro-investissements très rentables !

La nécessité de ces gestes est d’autant plus importante que les prix de l’énergie ne cessent d’augmenter (raréfaction des énergies non renouvelables, libéralisation du marché de l’énergie), et que les logements sont souvent vétustes, avec une isolation insuffisante, des problèmes d’humidité et un chauffage inadapté.

Cette histoire est celle d’une prise de conscience qui mènera vers une utilisation plus responsable des ressources énergétiques de notre planète, et vers des économies très appréciées par notre héroïne.

Revert asbl et le CID asbl

Date de parution:
Format:
+

S'abonner à notre
Newsletter